Histoire de Kaysersberg

La première mention de Kaysersberg remonte à 1227.
Cette année là, le roi Henri VII, fils de Frédéric II de Hohenstaufen, racheta les droits fonciers du château édifié au début du 13è siècle.

Grâce à des travaux d'agrandissement et de consolidation, la forteresse impériale verrouilla l'entrée de la vallée et en contrôla le passage. L’intérêt stratégique du site de Kaysersberg était évident. Dès cette époque, une petite bourgade put se développer au pied du château.

En 1293, le roi Adolphe de Nassau accorda à la population les mêmes droits et franchises qu'à Colmar faisant de la petite cité, une ville impériale. En 1330, Kaysersberg devint le siège de la Reichsvogtei, instance administrative impériale.

En 1354, Charles IV séjourna en ville. II reconnut l'union des 10 villes impériales d'Alsace au sein de la Décapole.

La vocation économique de la cité s'affirma. Située à l’entrée de la vallée de la Weiss qui reliait la Haute Alsace à la Lorraine par le col du Bonhomme, la ville obtint de nombreux privilèges dont celui d'ouvrir un marché hebdomadaire en 1429 et une foire en 1479.

Outre le négoce et l’artisanat, Kaysersberg exporta ses vins bien au-delà du Rhin. La vie économique se regroupa au sein de 4 corporations.

Le mécontentement des paysans et les conditions sociales provoquèrent en 1525, un conflit durant lequel Kaysersberg fut assiégé. La ville capitula le 19 mai. Le château et l’abbaye d'Alspach furent pillés, incendiés et dévastés.

Un conflit plus grave, celui de la guerre de Trente ans (1618-1648) n'épargna pas la cité. Les divers cantonnements et réquisitions militaires endettèrent la ville pour de nombreuses années. La paix de Munster en 1648 laissait une cité exsangue. Kaysersberg dût même hypothéquer ses cloches à Bâle !

Tout au long de la seconde moitié du 17è siècle, la cité se repeupla peu à peu et retrouva ses activités d'antan. Le 18è siècle ne changea guère l’aspect de la localité. Lors des évènements révolutionnaires, Kaysersberg changea provisoirement son nom en "Mont Libre" et devint chef lieu de canton.

Le 19è siècle vit se développer une activité textile importante principalement dans les années 1820-1870.

La grande guerre n'affecta pas la cité qui servit de base arrière aux troupes allemandes combattant sur le front des Vosges. Par contre, la ville fut meurtrie par les combats de la libération en décembre 1944. Mais une reconstruction rapide permit à Kaysersberg de reprendre un nouvel essor qui la place à l’heure actuelle parmi l’une des perles de l’Alsace.